Résultats des votes: Deviennent plus résistantes: 50%, Se fabriquent un cocon de protection: 36%, Migrent vers des contrées plus clémentes: 14%

Réponse correcte: 1. Les drosophiles exposées au froid durant les deux premières semaines de leur vie d’adulte sont plus résistantes toute leur vie à d’autres sources de stress. Elles bénéficient même d’une existence plus longue.

On connaît les effets néfastes d’une température excessivement basse sur le corps humain, ou ses aspects positifs pour la conservation des organes en vue d’une transplantation, ainsi que sur le cerveau pour supporter un manque d’oxygène. Mais le froid n’a peut-être pas révélé tous ses secrets.

Des chercheurs du CNRS (Centre national de la recherche scientifique en France) ont montré que les mouches drosophiles exposées à un froid intense durant les deux premières semaines de leur vie d’adulte avaient une espérance de vie plus longue et résistaient mieux à des stress sévères comme la chaleur ou les infections fongiques. Une autre étude, publiée dans la revue Biogerontology en 2016, montre même que cette protection dure toute la - courte - vie de la mouche.  

Faut-il suggérer aux étudiants de l’EPFL de se passer de veste jusqu’au printemps s’ils entendent vivre vieux et en bonne santé? Pas encore. Les chercheurs ne font évidemment pas ce raccourci. Ils tentent cependant de comprendre les mécanismes en jeu dans ce phénomène. D’autres sources de stress modérées, comme la chaleur ou une accélération de quelques g, ont eu des effets semblables sur les mouches. Le fait que l’accélération, obtenue en centrifugeant les tubes contenant les mouches, n’existe pas dans la nature, laisse supposer, selon les scientifiques, qu’il existe une sorte de mécanisme général. Une voie de signalisation qui n’aurait rien à voir avec l’évolution du diptère et qui pourrait donc se retrouver chez d’autres animaux, dont les mammifères. Ils notent d’ailleurs que «le stress modéré est peut-être une piste intéressante en thérapie ou pour la prévention des effets négatifs du vieillissement». Lorsqu’ils auront les mains moites et la gorge serrée à l’idée de passer leurs examens, les étudiants pourraient donc se réjouir d’augmenter leur capital de vie… 

Références:

Article paru dans Biogerontolgy: "Life-time protection against severe heat stress by exposing young Drosophila melanogaster flies to a mild cold stress"

Article paru dans Medecine/Science: "La modulation du vieillissement par le stress modéré. De la mouche aux humains?"