Question du lundi 8 avril 2013

Avec le réchauffement, la taille des poissons diminue, à cause…

Réponses

1 du déclin du taux d’oxygène dans l’eau

2 de l’augmentation des hydrocarbures en suspension

3 du rejet du CO2 piégé dans les fonds marins

Image relative à la question
La bonne réponse est: 1. à cause du déclin du taux d’oxygène, dû à la hausse de la température de l’eau. Les poissons sont des animaux à sang froid. Pour réguler leur température et survivre, ils dépendent donc entièrement de leur environnement. Ce qui les rend particulièrement sensibles au moindre changement provenant dans leur milieu. Si celui-ci ne leur fournit plus tout ce dont ils ont besoin, l’un des premiers impacts se fera sur leur taille. «Pour survivre là où denrées, espace et oxygène sont limités, ils vont donc se mettre en mode «économique» et utiliser leur énergie davantage pour assurer le fonctionnement de leur métabolisme que pour grandir», explique Jean-François Rubin, Président de la Fondation de La Maison de la Rivière, un centre de compétences et de recherches basé à Tolochenaz. C’est notamment ce qui explique que les poissons en captivité adaptent leur taille à celle de leur bassin. Un phénomène bien connu des aquariophiles. Confiné dans un bocal, un poisson rouge restera de dimensions modestes, tandis que dans une mare suffisamment spacieuse, il peut atteindre 60 centimètres. «La densité d’individus y étant souvent importante, la compétition pour l’espace et la nourriture y est d’autant plus forte», note le spécialiste. C’est aussi pourquoi le réchauffement climatique, et la hausse de température qu’il entraîne dans les eaux des lacs, rivières et océans, risque d’avoir des conséquences non négligeables sur leurs populations, notamment en terme de taille corporelle. Jean-François Rubin décrit deux sortes de mécanismes. Tout d’abord, si l’eau se réchauffe juste un peu, les insectes, les larves et le phytoplancton dont les poissons se nourrissent sont en augmentation. Dans ce milieu riche en nourriture, ils vont donc, dans un premier temps, grandir plus vite. Atteignant ainsi plus rapidement la taille de capture autorisée pour chacune de leur espèce, ils seront pêchés en masse avant d’être matures et d’avoir pu se reproduire. «Ce genre de processus peut rapidement faire s’effondrer certaines populations, relève le zoologiste. Et s’il ne reste ensuite, pour se reproduire, que les individus de moindre taille, c’est progressivement toute l’espèce qui devient plus petite.» Un défi constant Ensuite, si les eaux se réchauffent de manière plus marquée et constante, un autre phénomène, d’ordre chimique cette fois-ci, entre en considération. Avec l’augmentation de la température, l’oxygène présent dans l’eau commence à se raréfier. Or comme pour les êtres humains, celui-ci est indispensable aux poissons. En trouver suffisamment est un défi constant pour eux, d’autant plus pour ceux qui sont de grande taille et ont des besoins plus importants. De plus, la raréfaction de l’oxygène affecte également toute leur chaîne alimentaire, le phyto et le zooplancton dont ils se nourrissent ayant tendance à disparaître. Là encore, les poissons vont donc utiliser leur énergie pour assurer leur survie, plutôt que pour grandir. Des chercheurs des Fisheries Centre de l’Université de Colombie Britannique, au Canada, ont modélisé l’impact du réchauffement climatique sur plus 600 espèces. Leur étude, publiée l’année dernière dans Nature Climate Change, a révélé que même si les fonds marins enregistrent une faible augmentation de température, l’impact sur le poids des poissons serait très important. Or, le nombre de zones océaniques où l’on peut, déjà maintenant, enregistrer un déclin important de l’oxygène dissout dans l’eau sont en augmentation….