Résultats des votes: Pour qu’ils puissent plonger plus profond: 9%, Pour qu’ils ne perdent pas le nord: 29%, Pour qu’ils ne soient pas détectés: 62%

Image relative à la question

Réponse : pour qu’ils ne soient pas détectés Mais si l’on a dû démagnétiser les navires de guerre, c’est parce qu’on s’est demandé, tout d’abord, comment dénicher les sous-marins dans les profondeurs? Cette question était au centre des préoccupations militaires anglaises et américaines lors de la Seconde Guerre mondiale. En effet, l’utilisation de sous-marins devenait générale et il fallait pouvoir réagir rapidement contre les attaques ennemies, mais aussi contre les mines magnétiques allemandes qui faisaient des ravages dans la flotte britannique. L’acier étant un matériau magnétique, il déforme dans son voisinage les lignes du champ magnétique terrestre. Les navires militaires ainsi que les sous-marins sont composés en grande partie d’acier, en se déplaçant ils se comportent comme des aimants et créent une anomalie importante du champ magnétique terrestre. Des chercheurs de la Marine américaine ont eu l’idée de créer un capteur spécifique, capable de repérer ces anomalies dans la carte du magnétisme naturel terrestre. Modèle de l’anomalie magnétique d’un sous-marin sur un plan de référence * Le capteur qu’ils ont développé est un magnétomètre. Son principe de fonctionnement était étonnamment simple pour la précision exigée. On constitue un transformateur avec un barreau ferromagnétique particulièrement sensible aux champs magnétiques. On enroule sur le barreau deux bobines. Si aucun champ extérieur n’est appliqué, le primaire induit l’aimantation du barreau à saturation alternativement dans un sens, puis le sens opposé. La tension alternative aux bornes du secondaire a donc une valeur moyenne nulle. En présence d’un champ appliqué, le champ d’induction dans le barreau atteint une valeur plus grande dans un sens que dans l’autre et la tension du secondaire n’est plus symétrique autour de zéro. Cette différence signal la présence d’un champ extérieur. La conception de magnétomètres toujours plus sensibles, couplé à d’autres instruments de recherches et de traitement du signal, est toujours d’actualité. Des magnétomètres ultra-sensibles peuvent fonctionner sur un principe mécanique ou sur un effet décrit par la mécanique quantique. Mais avec ce magnétomètre élémentaire, les ingénieurs de l’époque furent déjà capable de mesurer avec précision le champ magnétique terrestre. Connaissant la carte du magnétisme terrestre naturel, toute anomalie constatée signale la présence d'une masse métallique sous l'eau, et donc a priori d'un sous-marin. Aujourd’hui encore, un tel dispositif est installé sur des avions en charge de la lutte anti-sous-marine. Les ingénieurs ont dû, pendant la 2ème guerre mondiale, chercher comment éviter cette indiscrétion électromagnétique qui rend les bâtiments vulnérables. Il fallait développer un moyen de les démagnétiser. Ils mettront plusieurs mois pour trouver la parade. Elle consiste à faire passer un courant électrique qui annule le champ magnétique du bâtiment. La méthode originale de démagnétisation était d'installer des bobines électromagnétiques dans les navires, en déroulant un grand câble électrique le long du côté du navire auquel on appliquait des impulsions d'environ 2000 ampères. Aujourd’hui, des câbles de cuivre épais encerclent la coque et la superstructure du bâtiment, et un courant électrique très important (jusqu'à 4 000 ampères) est envoyé à travers les câbles. Cette opération neutralise de façon continue la signature magnétique du bâtiment. Remerciements à Jean-Philippe Ansermet de l’EPFL *Yannick Vuillermet. IMMUNISATION EN BOUCLE FERMEE - APPLICATION AU SOUS-MARIN DOUBLE COQUE Identification de l'aimantation ä partir de mesures du champ magnétique proche. Sciences de l'ingénieur. Institut National Polytechnique de Grenoble - INPG, 2008. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00374022