Résultats des votes: de la mousse: 17%, des additifs: 11%, des micelles: 72%

Image relative à la question

Réponse 3: des micelles, agrégats sphériques en suspension dans l'eau, composés de longues molécules dont la tête aime l'eau et la queue préfère le gras. On le sait, l’eau et l’huile se détestent. C’est pourquoi il est insuffisant d’éliminer les restes de raclette à l’eau claire ou d’y laisser macérer les serviettes de table souillées. Pour poutzer propre en ordre – le printemps pointe déjà –, il faut un diplomate qui abaisse la tension entre l’eau et l’huile. Appelé agent tensio-actif, cet entremetteur peut être la lécithine de l’œuf quand il s’agit de faire prendre une mayonnaise ou le savon quand il convient d’éliminer souillures et salissures. Chimiquement, au plus simple et sans parfum, le savon se compose d’un corps gras (animal ou végétal) et d’une base (de la soude ou de la potasse). Les molécules qui en résultent sont qualifiées d’amphiphiles. C’est-à-dire que d’un côté, elles ont une «tête» qui aime l’eau et abhorre l’huile et, de l’autre, une «queue» qui adore le gras et déteste la flotte. Cette sorte de spermatozoïde conciliant est la clé du pouvoir nettoyant du savon. Diluées à l’eau, les molécules de savon préfèrent rester à la surface, afin d’y plonger leur tête et de garder le flagelle hors de l’eau. Jusqu’au point où il n’y a plus assez de place et où les molécules amphiphiles se trouvent contraintes à plonger. Elles se réunissent alors sous forme de micelles, une sorte de boule dans laquelle les têtes restent en contact de l’eau et les queues se replient plus ou moins au sec. Rappelons que toute cette baignade se passe à l’échelle nanométrique. Si des molécules grassouillettes viennent à passer, les extrémités lipophiles ne se sentent plus de joie et enfoncent profondément leur flagelle dans le gras. Ainsi entourées de têtes hydrophiles, les gouttelettes huileuses sont attirées en suspension dans l’eau. Un petit coup de rinçage, à l’eau claire cette fois, suffit à les éliminer. Merci à Libero Zuppiroli, professeur honoraire à l’EPFL et auteur du Traité de la matière. Illustration: wikipedia/superManu